Miles Davis - Tutu – 1986 - FLAC - 44100 HZ / 16 Bit

Téléchargement & Détails

Téléchargement Anonyme

Nous vous recommandons fortement l'utilisation d'un VPN pour télécharger vos torrents en toute sécurité & anonymat :

Accéder au VPN Trust.zone
Télécharger Télécharger le torrent
Seeders 2 Leechers 0 Complétés 98
Informations Voir les informations
Fichiers 9 - Voir les fichiers

Présentation

Ajouter à mes favoris Voir le NFO Signaler

Miles Davis - Tutu – 1986

EAC Rip [FLAC]
R-1915330-1252182336.jpeg.jpg
R-1915330-1252182575.jpeg.jpg
R-1915330-1252182383.jpeg.jpg
R-3258396-1322706009.jpeg.jpg

ARTISTE

Compositeur et trompettiste américain, Miles Davis est considéré comme l’une des figures centrales de l’histoire du jazz. Musicien caméléon, il n’a eu de cesse de se renouveler et son nom est ainsi associé à toutes les grandes évolutions du jazz moderne : le be-bop, le jazz cool, le hard bop, le jazz modal et le jazz rock.

Né à St. Louis dans une famille de la bourgeoisie afro-américaine, Miles Davis est initié à la trompette à l’âge de 13 ans par Elwood Buchanan. Il commence à jouer en public dès 1942 et intègre plusieurs orchestres de « rhythm’n’blues », qui lui offrent une possibilité de se forger à la fois une technique et une culture musicale. En 1944 il joue avec Dizzy Gillespie et Charlie Parker dit Bird, chefs de file du be-bop, l’avant-garde du jazz de l’époque, avant de se rendre à New York, où il s’inscrit à la Juilliard School of Music, mais ne tarde pas à s’affranchir de l’éducation et du répertoire européen et « blanc » enseigné par cette institution.

Parallèlement, il rejoint progressivement les formations de nombreux interprètes et musiciens incontournables de l’époque tels que Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Thelonious Monk, Billie Holiday, Coleman Hawkins, Eddie « Lockjaw » Davis, « Rubberlegs » Williams, Herbie Fields, et Charles Mingus. Il intègre en 1945 le quintet de Charlie Parker, commence à composer ses propres œuvres (Donna Lee ) et attire l’attention de l’arrangeur Gil Evans. Une collaboration avec ce dernier mène à la naissance du « jazz cool ». (Birth of the Cool, 1950).

Passé par l’enfer de la drogue, Miles Davis se remet à questionner les sources du jazz via le hard bop, et collabore notamment avec Sonny Rollins, Thelonious Monk,Art Blakey ou Horace Silver sur les albums enregistrés pour les labels Prestige ou Blue Note. Il monte alors un premier quintet « classique » qui enregistrera une série d’albums intemporels en 1955 et 56. En font partie John Coltrane (sax ténor), Red Garland (piano), Paul Chambers (contrebasse) et Philly Joe Jones (batterie). Dans la foulée, parallèlement à sa collaboration avec le grand orchestre de Gil Evans, il imagine un sextet à deux saxophones, avec John Coltrane et Cannonball Adderley dont l’œuvre phare, après la rencontre avec le pianiste Bill Evans sera en 1959 l’un des albums les plus marquants de l’histoire du jazz : Kind of Blue.

Lors d’une tournée à Paris en 1957, il rencontre Louis Malle et improvise en une nuit la musique de son film Ascenseur pour l’échafaud.

Au début des années 1960, après quelques tâtonnements, Miles Davis s’entoure de nouveaux musiciens pour ce qui est généralement considéré comme un des groupes les plus inventifs de toute l’histoire du jazz : le pianisteHerbie Hancock, le batteur Tony Williams, le contrebassiste Ron Carter et le saxophoniste Wayne Shorter, et leur musique prend une nouvelle direction, en se libérant des influences des courants dominants, notamment de celle du free jazz. (Miles Smiles )

Le vent des révolutions de 1968 n’épargne pas l’entourage de Miles Davis. Ses musiciens s’intéressent aux instruments « électriques » et au rock psychédélique, incarné surtout par Jimi Hendrix : Miles Davis s’en inspire pour amorcer un rapprochement entre le jazz et la musique rock, funk et « rhythm’n’blues », signature qu’il gardera jusqu’à la fin de sa carrière (Bitches Brew 1970). Désormais, il change d’image et se produit dans les grandes salles de rock de l’époque avec à ses côtés quelques-unes des stars en devenir comme John McLaughlin, Chick Corea ou Keith Jarrett.

Avec On the Corner (1972), Miles Davis revient au blues de ses origines, et, associé aux musiciens issus des studios de la Motown, crée une sorte de « free funk », une musique très imprégnée par le blues, mais issue de l’improvisation, avant de se retirer de la scène en 1975 pour des problèmes de santé. Son dernier enregistrement est l’hommage à Duke Ellington, He Loved Him Madly.

Après plusieurs années de silence et de retraite, Miles Davis remonte sur scène en 1980 avec l’album The Man with the Horn, et un nouveau groupe formé de jeunes musiciens : Al Foster Bill Evans, Mike Stern, Marcus Miller et Mino Cinelu. Leur son se nourrit des courants actuels : la pop, le rap, le hip-hop et les nouvelles technologies donnent une nouvelle dimension à l’inspiration du musicien. Juste avant de disparaitre, en 1991, Miles fera une dernière ouverture en direction des rappeurs et du hip-hop.

Miles Davis en 7 dates :

1949 Inauguration de l’ère du jazz « cool » avec l’enregistrement de Birth of the Cool

1958 Succès auprès du public français avec la musique du film Ascenseur pour l'échafaud

1959 Enregistre Kind of Blue, considéré comme l’un des meilleurs albums de l’histoire du jazz

1963-4 Fonde le « second great quintet » avec Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams

1970 Enregistre l’album Bitches Brew, qui instaure l’ère du jazz-électrique et ouvrira la voie au « jazz fusion »

1986 Enregistre Tutu, composé par Marcus Miller, pour Warner Bros., et enchainera avec une production de presque un album par an

2006 Introduit dans le “Rock and Roll Hall of Fame”

L’ALBUM

Rock Fever

Noir sur blanc, la figure impériale de Miles Davis qui prouve une fois de plus, qu'il n'a plus rien à prouver.

Avec la fin des années 60 et la disparition de Coltrane, Miles Davis a entamé un virage riche en expérimentations. Sa trompette a volontiers fusionné au passage avec l’électricité de la guitare ("Bitche's brew", "filles du kilimandjaro") et l’expérimentation est devenu son nouveau crédo en plus d' être de plus en plus intéressé par la pop music (sa reprise de "Human Nature" de Mickaël Jackson).

Pour "Tutu", il s’adjoint les services de Marcus Miller qui va s’occuper de la programmation de presque tous les instruments tandis que Miles survole le tout à la trompette. Il en résulte une musique presqu' atmosphérique, une ambiance, une sorte de texture où la trompette crée un relief. L’album contrairement aux anciens (si l'on pense à "kind of blue" par exemple) est en perpétuel mouvement...Un jazz-funk sans une seule pause (qui aurait été bienvenue peut être) et s’inscrit dans la grande tradition des musiques des années 80 (synthés, production reluisante, guitares et basses soignées...). Pas un grand album mais de bons moments.

TRACKLINSTING 

1Tutu
Percussion – Paulinho Da Costa
5:15
2Tomaas
Drums, Percussion – Omar HakimSynthesizer [Additional] – Bernard Wright
5:32
3Portia
Percussion – Paulinho Da Costa
6:18
4Splatch
Percussion – Paulinho Da CostaPercussion [Additional] – Steve Reid (5)Synthesizer, Soloist – Adam Holzman
4:45
5Backyard Ritual
Bass Guitar – Marcus MillerEngineer [Assistant] – Mitch GibsonEngineer, Mixed By – Erik ZoblerPercussion – Paulinho Da CostaProducer, Arranged By, Instruments [All Other Instruments] – George Duke
4:49
6Perfect Way4:32
7Don't Lose Your Mind
Synthesizer [Additional] – Bernard WrightViolin [Electric] – Michael Urbaniak*
5:49
8Full Nelson5:05

Sociétés, etc.

Crédits

Notes

Perfect Way is a cover of the Scritti Politti song of the same name. 

Made in Germany.

 

 

Commentaires

Derniers commentaires

  • utilisateur

     BOXAIR

    36.42Go - 34.32Go

    Ajouté par BOXAIR il y a 3 mois

    Merci ****
  • utilisateur

     MPD40

    457.94Go - 86.58Go

    Ajouté par MPD40 il y a 5 mois

    merci +++++++++ !
  • utilisateur

     I-radia

    2.57To - 849.27Go

    Ajouté par I-radia il y a 5 mois

    merci    
  • utilisateur

     Clochette9262

    2.15To - 275.66Go

    Ajouté par Clochette9262 il y a 6 mois

    Merci pour le partage.